· Chimie

Les militants FGTB Chimie dénoncent les bas salaires et les conditions de travail difficiles

Désormais, la Centrale Générale - FGTB défend aussi les intérêts des employés de la chimie. Ouvriers et employés réunis dans une seule centrale pour améliorer leurs conditions de travail et leurs salaires. Leur combat commun commençait ce 14 décembre avec la journée d'actions.

Comme annoncé en mai dernier, la Centrale Générale – FGTB a conclu un accord historique avec le SETCa. Selon cet accord, le principe d’une centrale pour un secteur sera d’application dès le 1er janvier 2019. Cela concerne au total 47 secteurs. 

« Dans un monde du travail en pleine mutation, il est normal que nos structures s’adaptent pour mieux répondre aux besoins des travailleurs », explique Andrea Della Vecchia nouveau porte-parole FGTB Chimie. Cela est d’autant plus vrai quand on sait que l’harmonisation des statuts ouvrier et employé se poursuivra dans un futur proche. « Toutefois, le principe d’union des travailleurs a surtout motivé notre nouvelle répartition des secteurs. Ouvriers, employés et cadres, même combat ». 

Dans le secteur de la Chimie, la Centrale Générale – FGTB devient donc compétente pour tous les travailleurs, indépendamment de leur statut. L’accord prévoit aussi que le SETCa reste actif auprès de quelques délégations afin de tenir compte de spécificités sectorielles et locales.

Les délégués témoignent

Ali Jaajoui, délégué employé, avoue avoir quelque peu appréhendé ce changement, mais ses craintes se sont vite dissipées : "C’est vrai que dans un premier temps, cette nouvelle suscitait pas mal d’interrogations. Mais la Centrale Générale – FGTB a pris toutes les mesures d’accompagnement nécessaires pour concrétiser cet accord."

Pour lui, réunir les travailleurs sous le logo FGTB Chimie, est très positif : "On a l’impression de faire partie d’une nouvelle aventure, d’être les précurseurs d’une nouvelle dynamique. Ça va nous permettre de faire tomber les dogmes entre les statuts, de mettre un terme à la catégorisation des travailleurs. Et cette union augmente notre rapport de force."

La plupart des militants sont très positifs au sujet de cette association, comme Kristof Van Den Bergh a pu le constater lors du conseil syndical : “Bien sûr, il y a encore beaucoup de questionnements sur la façon dont ça va se passer parmi les travailleurs et particulièrement pour les employés, car il y a encore des différences à éliminer.” C’est pourquoi il est important d’apprendre à mieux se connaître entre ouvriers et employés : “Nous devons oser nous comprendre. J’ai récemment affilié un employé à la FGTB, et j’espère qu’il y en aura bientôt d’autres.”

Le défi le plus important pour l’avenir c’est bien sûr le statut unique : "Si vous analysez les plans du gouvernement actuel, il faut veiller à ce que le statut unique coïncide avec des améliorations pour tous les travailleurs et non pas une réglementation où les employés vont perdre un certain nombre d’avantages. Ce que nous voulons, c’est avoir plus de poids au sein de la FGTB Chimie, ensemble avec les employés."

Des travailleurs pauvres aussi dans la chimie

Pour officialiser l’union des travailleurs de la chimie, les militants FGTB se sont réunis ce 10 décembre lors d’un conseil syndical. Ils ont jeté les bases de leur nouveau fonctionnement et se sont préparés aux grands défis sectoriels et interprofessionnels.

  • Pouvoir d’achat. « Dans la chimie, des travailleurs en temps plein perçoivent moins de 1800€ par mois alors que la croissance est de retour et que le secteur se réjouit de ses résultats économiques. C’est inacceptable ». Les militants adressent un message clair : les salaires doivent augmenter. Pas question d’un nouveau blocage salariale. 
  • Fins de carrières. « Sur base d’une récente enquête, il ressort qu’un travailleur sur deux déclare ne pas pouvoir maintenir le rythme jusqu’à l’âge de la pension» . Que fait le gouvernement ? Il prolonge les carrières et sponsorise le travail en équipes et de nuit. Les militants n’acceptent pas cette déshumanisation des conditions de travail.

Les militants rejoignent clairement les combats actuels de la FGTB : non à la pension à 67 ans, oui à une augmentation significative des salaires. Ils ont mis les bouchées doubles pour la journée nationale d’actions de ce 14 décembre 2018.

Bon vent Herman

Ce conseil syndical a également permis de saluer le travail effectué par Herman Baele au sein du secteur de la Chimie qui tirera sa révérence en fin d’année. Durant de longues années, il a tiré le secteur vers le haut par son implication de tous les instants en tant que secrétaire fédéral de la Centrale Générale – FGTB. Il a notamment œuvré à la mise en place du fonds démographie qui a déjà permis d’améliorer les conditions de travail de bon nombre de travailleurs de la Chimie. Merci pour ton travail de sape et bon vent Herman.