Vous êtes ici

Actualité

Lundi 5 Mars 2018, 15:45

6500 travailleurs malades de longue durée en moins, ce tour de Maggie est une supercherie !

Maggie De Block, ministre de la santé, a fait une nouvelle sortie remarquée. Elle s’est félicitée du nombre de travailleurs malades de longue durée bien moins nombreux qu’attendu fin 2017 : 6500 travailleurs de moins ! Notre centrale a une lecture bien différente de la situation. Il nous apparait plutôt que ces 6500 travailleurs ont été déclarés en incapacité définitive. Nous sommes même en droit de nous demander s’ils n’ont pas été licenciés pour force majeure médicale.

6500 travailleurs malades de longue durée en moins qu’attendu et 13.500 de moins prévu fin 2018. Maggie De Block est ravie. Mais elle oublie, volontairement, de détailler ces chiffres. Ces 6500 travailleurs sont loin d’être guéris, que du contraire. Les données dont nous disposons nous incitent à croire que ces travailleurs ont été déclarés en incapacité définitive.

6500 travailleurs licenciés ?

En effet, il apparait que sur 13.960 travailleurs en maladie longue durée appelés pour entrer dans un trajet de remise au travail en 2017, environ 60% ont reçu un certificat d’inaptitude définitive par la médecine du travail. 8.393 auraient donc été recalés par la médecin du travail. On peut aisément faire le rapprochement avec les « 6500 travailleurs en moins » annoncés par Maggie. En résumé, son tour de passe-passe est d’avoir fait disparaitre ces travailleurs de la liste des travailleurs en maladie longue durée en les ayant placés en incapacité définitive. Ils sont ainsi écartés du système INAMI et de l’entreprise. Nous soupçonnons que ces travailleurs aient été licenciés pour force majeure médicale.

Trajet de réintégration = machine à licencier

Le trajet de réintégration mis en place par le gouvernement Michel sous l’impulsion de Maggie, facilite le licenciement des travailleurs malades de longue durée. Dès que le travailleur est déclaré « apte » à intégrer un parcours de réinsertion auprès de son employeur, il est susceptible de se voir remettre un C4 pour force majeure médicale.

Pour rappel, dès que le travailleur est en incapacité depuis plus de deux mois, il est convoqué par le médecin de la mutuelle qui lui propose un trajet de réintégration. Il est alors envoyé vers le médecin du travail qui formule une proposition de travail adapté à l’employeur. La plupart du temps, l’employeur dit qu’il n’a pas de possibilité de travail adapté et licencie le travailleur, toujours malade, pour force majeure médicale.

Il nous semblait opportun de remettre les points sur les i après cette sortie de Maggie De Block. Non les travailleurs malades de longue durée ne sont pas moins nombreux que prévu. Non le trajet de réintégration n’est pas une bonne chose.

Nous renouvelons notre appel aux ministres De Block et Peeters à évaluer de toute urgence cette mesure. La santé du travailleur doit être le centre du trajet de réintégration et ne pas conduire au licenciement du travailleur malade.