Vous êtes ici

Point de vue

Mardi 12 Décembre 2017, 14:30

Ensemble, faisons éclater la vérité : des alternatives existent !

En cette période de fin d’année, il est de bon ton de présenter ses vœux et attentes pour la nouvelle année. Pour Werner Van Heetvelde et Eric Neuprez, président et secrétaire général de la Centrale Générale – FGTB, les vœux sont clairs : ils nous souhaitent une grande mobilisation pour le changement. Un changement dont nous avons tous besoin, en particulier en ce qui concerne les pensions et la fiscalité. Ils nous expliquent pourquoi c’est une de leurs attentes pour 2018.

Werner : Il est clair que les pensions nous préoccupent beaucoup. Les travailleurs, les jeunes, les plus âgés, tout le monde est de plus en plus inquiet et à juste titre. Vous le savez, cette fin d’année est marquée par de nouvelles actions pour nos pensions. Ce n’est pas par hasard si elles mobilisent autant de monde. Les attaques sont tellement dures, injustes et insupportables pour les travailleurs qu’il faut dire stop à ce gouvernement.
Nous devons être tous convaincus que le changement est possible. 

Eric : Rien que pour les pensions, nous subissons trois attaques frontales : tout d’abord, nous allons tous devoir travailler plus longtemps. On est passé de 65 à 67 ans. 2 ans en plus, pour des travailleurs qui arrivent en fin de carrière, usés par le travail, c’est énorme. Il faut avoir la force de tenir le coup et ça inquiète beaucoup les gens qui ne se voient pas tenir aussi longtemps. Et le pire, c’est qu’à côté de cela, il existe de moins en moins de possibilités pour arrêter plus tôt le travail.  Et pour couronner le tout, il y a le montant même de nos pensions qui sont aujourd’hui parmi les plus basses d’Europe. Insuffisantes pour vivre dignement. Et les nouvelles mesures auront encore un impact négatif sur les pensions.

Faire les bons choix

Werner : Il faut casser les stéréotypes selon lesquels tout cela est inévitable et qu’il n’y a pas d’alternative. C’est faux. Des alternatives existent. Une pension digne à 1.500 €, ce n’est pas impayable comme les partis au pouvoir veulent nous le faire croire.  Mais pour y arriver, il faut faire les bons choix : une fiscalité juste qui rapporte des moyens supplémentaires pour renforcer la sécurité sociale. Or, ce gouvernement fait juste l’inverse : il continue d’offrir de généreux cadeaux aux riches et creuse un gouffre dans le budget de la sécurité sociale.

Eric : C’est pour cela que nous nous battons maintenant. Et c’est aussi pour cela que nous continuerons de nous battre en 2018, avec nos délégués, nos militants et vous, car notre combat nous concerne tous. Et ce combat, ce n’est que si nous nous battons ensemble pour le changement que nous y arriverons.