Vous êtes ici

Actualité

Lundi 2 Juillet 2018, 15:45

Il fait trop chaud pour travailler...

L’été est là, une saison qui rime bien souvent avec vacances et barbecues entre amis. Mais parfois aussi avec vagues de chaleur et températures qui grimpent au travail. Une situation qui peut vite devenir synonyme d’enfer pour les travailleurs qui exercent une activité physique intense au travail. La chaleur peut même constituer un risque pour la santé et la sécurité de certains travailleurs.

Nous ne réagissons pas tous de la même manière face à la chaleur pour la simple et bonne raison que nous sommes tous différents et que nous ne faisons pas tous le même boulot. Transpiration excessive, perte de concentration, fatigue, maux de tête, étourdissements, essoufflement. On le voit, ce qui sera pour les uns une simple gène sera insupportable pour les autres.

A côté de la température, l’humidité de l’air, le vent, les rayons du soleil peuvent eux aussi compliquer le travail. Et comme si cela ne suffisait pas, certaines machines dégagent elles aussi une chaleur qui peut peser sur les conditions de travail.

Evidemment, votre employeur vous dira qu’il n’y peut rien. Faux. En tant qu’employeur, il a l’obligation de protéger tous les travailleurs des conséquences dues aux conditions atmosphériques.

L’employeur doit agir

Même si votre employeur ne peut rien faire contre le temps, il est tenu de prendre des mesures adaptées en fonction de la météo. Pour ce faire, il doit réaliser une analyse de risques par poste de travail. Lors de cet exercice, il doit également tenir compte des conséquences possibles d'éventuelles conditions atmosphériques désagréables sur la santé et la sécurité des travailleurs. Il doit élaborer un plan de mesures à prendre en cas de dépassements de certaines valeurs limites accordées à la charge physique du travail. Pour cet exercice, l'employeur peut solliciter l'aide de son conseiller en prévention ou du médecin du travail.

Lorsque la température dépasse 29° pour une charge physique de travail légère, 26° pour une charge physique de travail moyenne, 22° pour une charge physique de travail lourde et 18° pour une charge de travail très lourde, l'employeur devra prendre les mesures. Ces températures doivent être prises par un thermomètre à globe humide.

Dans cette situation, l'employeur est tenu de prendre différentes mesures dans l'ordre suivant :

  • prévoir des équipements de protection (vélums, couvre-chefs, …) pour les travailleurs exposés à un rayonnement solaire direct;
  • offrir des boissons rafraîchissantes appropriées gratuitement;
  • installer dans les locaux de travail un dispositif de ventilation artificielle dans les 48 heures.

Si les désagréments persistent, ce qui peut par exemple ressortir d’un tour de table auprès des travailleurs, l’employeur doit accorder des périodes de repos. En outre, il peut décider de façon autonome d’instaurer un chômage temporaire.

Le rôle du CPPT

Le Comité pour la Prévention et la Protection au Travail, le CPPT, doit lui aussi être impliqué dans le choix des mesures à prendre. Il doit obliger l’employeur à se pencher de manière proactive sur le travail pendant les fortes chaleurs et sur une meilleure protection des travailleurs.

De bonnes conditions de travail, nous y avons tous droit. Même si votre employeur ne peut rien faire contre la météo, il doit prendre des mesures adaptées afin de vous permettre de travailler dans des conditions acceptables.

Télécharger le tract "Trop chaud pour travailler"