Vous êtes ici

Actualité

Mardi 5 Septembre 2017, 11:30

Nouvelles mesures antisociales du gouvernement : Autrement et mieux, c’est possible !

Le gouvernement a profité de la trêve estivale pour adopter discrètement une série de mesures antisociales qui attaquent à nouveau de manière frontale les travailleurs et les mécanismes de solidarité.

Pour Werner Van Heetvelde et Eric Neuprez, Président et Secrétaire général de la Centrale Générale-FGTB, la situation est grave. Nous devons rapidement envisager une riposte syndicale qui soit à la hauteur des attaques. Mais aussi lancer un large mouvement pour informer et rassembler sur nos alternatives. Plus que jamais : autrement et mieux, c’est possible !

Werner : A la fin du mois de juillet, alors que beaucoup de travailleurs étaient en vacances, le gouvernement en a profité pour prendre des mesures très dures. Pour toucher une pension correcte, il faudra travailler non seulement plus longtemps mais surtout plus et accepter de mauvaises conditions de travail. Et les travailleurs seront davantage pénalisés en cas de chômage ou de prépension.

Par contre, le moins que l’on puisse dire, c’est que les patrons ne seront pas logés à la même enseigne. Dans la construction, ils vont recevoir des centaines de millions d’euros en cadeau sans s’engager à maintenir ou à créer des emplois. Sans parler de l’introduction d’une nouvelle discrimination en matière de délai de préavis pour les ouvriers de la construction.

Refus d'instaurer des mesures de prévention

Eric : Même chose en ce qui concerne la pénibilité : patrons et gouvernement refusent de la prendre en compte pour la durée de la carrière ou d’instaurer des mesures de prévention. C’est intenable. Une étude récente vient de mettre en avant le lien entre le secteur du nettoyage et une mortalité précoce.

Autre décision inacceptable : l’extension des flexijobs à plusieurs secteurs dont celui de la coiffure . Sont concernés les travailleurs déjà occupés ailleurs avec au moins un 4/5ème temps. Alors que les travailleurs du secteurs réclament des emplois à temps-plein au lieu de temps partiel qui sont la quasi généralité.

Werner : Sans parler des nouvelles atteintes contre le financement de la sécurité sociale qui reste un ciment essentiel de notre société et qu’ils veulent sciemment affaiblir et privatiser.

Le gouvernement veut briser les mécanismes de solidarité

Eric : Le tout enrobé dans une communication qui nous fait croire que les choses s’améliorent : ce qui est faux. Ce qu’ils veulent, c’est une société basée sur l’individualisme et briser les mécanismes de solidarité. Face à ces menaces, nous devons recréer un mouvement de résistance et poser les jalons d’une autre politique : plus sociale et plus juste.

Werner : Pour cela, les semaines et les mois à venir vont être cruciaux et nous allons agir. Des actions de mobilisation et de communication doivent être déterminées avec l’ensemble de la FGTB pour réclamer une autre politique et un virage social en vue des élections de 2018 et 2019. Mais nous devons aussi réagir au niveau de nos secteurs. Nous allons interpeller les fédérations patronales et le gouvernement sur les conséquences des décisions qui touchent particulièrement les travailleurs que nous représentons. Et nous allons les placer devant leurs responsabilités.

Plus d'info sur les accords estivaux

Eric Neuprez

Secrétaire général

Werner Van Heetvelde

Président