Autrement et mieux

Des solutions pour nous sortir de la crise existent. Les économies drastiques sur les salaires et la protection sociale ne font qu’empirer les choses. Et elles sont injustes. Nous voulons des emplois, du pouvoir d’achat et des impôts justes.

Plus que des mots, nos alternatives reposent sur du bon sens. Les solutions que nous avançons sont à la fois réalistes et faisables. C’est de cette manière que nous pourrons sortir de la crise tout en gardant une société à la fois sociale et solidaire. Autrement et mieux. C’est possible !

Des impôts justes

Des impôts justes

C’est la crise pour tout le monde. Tout le monde sauf pour le grand capital. Et les scandales à répétition n’y changent rien : Luxleaks, Panama Papers… peu importe, le gouvernement continue de faire comme si de rien n’était. Et pendant ce temps, les citoyens ordinaires sont pressés comme des citrons et les caisses de l’Etat se vident, au détriment de notre sécurité sociale.

Autrement et mieux.

Nous en avons marre des pseudos interventions du gouvernement de droite qui n’apportent quasiment pas de revenus supplémentaires et qui laissent aux grosses fortunes et aux multinationales une paix royale.

C’est possible !

Nous avons besoin d’un système fiscal vraiment équitable, basé sur une imposition équitable de tous les revenus et un effort accru des hauts revenus.

  • Parce que des impôts justes permettraient de dégager les moyens suffisants pour financer les besoins de la collectivité: notre enseignement, nos soins de santé, notre culture, nos infrastructures, notre sécurité.
  • Parce que des impôts justes fourniraient des moyens afin d’investir dans une économie durable, dans l’innovation et de nouveaux emplois.
  • Parce que des impôts justes assureraient aussi une redistribution plus équitable des richesses. Avec des impôts justes, nous aurions les moyens de conserver notre sécurité sociale. Une question de solidarité élémentaire.
Emplois

Emplois

Le ministre de l’emploi, Kris Peeters, entend ‘moderniser’ nos emplois. Pour lui, moderniser rime avec flexibiliser au maximum et surtout pas question de qualité et de conciliation vie privée – vie professionnelle. Or, il est évident qu’avec 600.000 personnes sans emploi, les besoins de notre pays sont énormes à ce niveau-là.

Autrement et mieux.

Mais pas question de petits emplois précaires ou de flexi jobs mal payés que ce gouvernement de droite exhibe fièrement. Nous avons besoin d’emplois de qualité, d’emplois durables avec des contrats fixes.

C’est possible !

Les recettes générées par une taxation sur les plus-values doivent permettre au gouvernement d’investir dans les soins de santé, l’enseignement les travaux publics et la mobilité. C’est par là que commence une véritable politique d’emploi. Mais il faut oser être encore plus ambitieux et travailler à une réduction collective du temps de travail.

  • Parce que des emplois de qualité garantissent la sécurité, des revenus sûrs et des perspectives d’avenir.
  • Parce que de tels emplois ouvrent des droits sociaux à part entière, une protection en cas de chômage ou de maladie et un droit pour la pension.
  • Parce que des emplois stables sont le meilleur moteur de l’économie.
Pouvoir d’achat

Pouvoir d’achat

Depuis que le gouvernement Michel est au pouvoir, le pouvoir d’achat des citoyens ordinaires ne cesse de diminuer. Saut d’index, gel des salaires, augmentation de la TVA… et ce n’est pas le tax-shift qui compense quoi que ce soit.

Autrement et mieux.

Il est d’une importance capitale de disposer de plus de pouvoir d’achat. Avec de meilleurs revenus, nos dépenses resteront à niveau. Et nos dépenses stimulent la production. Elles sont donc synonymes de création d’emplois.

Mais plus de pouvoir d’achat et de meilleurs revenus, c’est aussi une question de justice. Nous ne pouvons pas accepter qu’un grand nombre de personnes doive travailler pour un salaire de misère ne permettant même pas de vivre correctement. Et pourtant, c’est déjà la réalité pour de nombreux secteurs et métiers qui sont économiquement plus faibles. C’est encore plus vrai pour les nombreux flexi-jobs précaires que le gouvernement sort de son chapeau néolibéral.

C’est possible !

Les salaires minimums doivent augmenter. Pour tous, dans tous les secteurs. Un salaire de 14 euros est nécessaire pour pouvoir vivre correctement. Renforcer le pouvoir d’achat, c’est par là qu’il faut commencer.

  • Parce que le pouvoir d’achat est notre part légitime des avancées économiques.
  • Parce que le pouvoir d’achat nous protège des hausses de prix et évite que les gens ne tombent dans la pauvreté.
  • Parce que le pouvoir d’achat nous permet de maintenir nos dépenses, ce qui est absolument nécessaire pour faire tourner l’économie.