Crédit-temps

Le gouvernement actuel a sévèrement coupé dans la réglementation crédit-temps. Pour autant, les syndicats sont parvenus à prévoir encore des possibilités sur le plan interprofessionnel permettant à des travailleurs d’interrompre ou de réduire temporairement leur carrière.

Ainsi, le droit au crédit‐temps pour porter des soins à un enfant jusqu’à l’âge de 8 ans, pour prodiguer des soins palliatifs, veiller sur un membre du ménage ou de la famille gravement malade ou veiller sur un enfant handicapé jusqu’à l’âge de 21 ans a été porté à 51 mois (interruption complète ou à mi–temps ou à 1/5e) si l’on compte 5 ans d’ancienneté dans l’entreprise. S’il s’agit de suivre une formation, ce droit est fixé à 36 mois.